Catégorie : Gouvernance 4.0

Tunisie : un patron pour le registre des entreprises

Le Centre national du registre des entreprises (RNE) de Tunisie a un nouveau directeur général. Le poste est attribué à l'un des acteurs majeurs qui a porté, au sein de l'INORPI, l'établissement public spécialisé dans la normalisation, la création ainsi que la numérisation du registre des entreprises de la Tunisie depuis 2006. Lire la suite

Côte d’Ivoire : le Trésor lance sa banque en ligne

Révolution digitale en Côte d'Ivoire avec la création d'une banque en ligne. Avec « e-banktresor", un particulier ou une entreprise, clients de la Banque du Trésor, pourront avoir accès à leur compte à partir d’internet et quel que soit le support utilisé, il leur sera possible d'effectuer toutes les opérations. Lire la suite

La santé (bientôt) numérisée en RD Congo

Le gouvernement congolais a lancé, depuis samedi 2 mars à Kinshasa l’Agence nationale d’ingénierie clinique d’information et informatique de la santé (ANICIIS). Son but? Encadrer et accélérer la révolution digitale en RDC dans le secteur de la santé. Lire la suite

Les enseignants tchadiens à l’appel

Le 27 février, a ainsi été lancée au Tchad la plateforme mobile de contrôle citoyen de l’effectivité du personnel enseignant sur leurs lieux d’affectation. En clair, il s'agit d'un dispositif de contrôle ou de recensement du personnel de l’Etat en temps réel. Lire la suite

Le Trésor ivoirien digitalise “la relation client”

En Côte d'Ivoire, le Trésor public a placé l'année 2019 sous le sceau de la digitalisation des procédures administratives. Destinée à digitaliser « la relation client » et à améliorer la qualité d'écoute dans les échanges entre le Trésor et les administrés, la plateforme « Baobab » est présentée actuellement dans différentes villes du pays. Lire la suite

Services publics dématérialisés au Maroc

En phase pilote actuellement dans la ville de Fès, la plateforme numérique wraqi.ma qui permet l'accès à des services publics dématérialisés vient d'être présentée à Casablanca, avant d'être déployée dans tout le royaume. Lire la suite

Un portail du citoyen en Côte d’Ivoire

La Côte d'Ivoire a lancé le 7 février dernier le portail du citoyen « Miliê » (www.milie.ci), une plateforme interactive pour régler les relations entre l'administration et les usagers. Un développement réalisé avec l'appui du Maroc. Lire la suite

La Silicon Valley d’Afrique de l’ouest au Mali

Le Mali met les bouchées doubles pour combler le retard du pays dans le digital. A partir de mars 2019 le pays va lancer, avec l'appui de la Banque mondiale, un hub technologique qu'il décrit déjà comme « la Silicon Valley de l'Afrique de l'ouest » ! Lire la suite
Loading

La Phrase de la semaine

  • « La croissance du revenu par habitant en Afrique subsaharienne, prise dans son ensemble, restera inférieure à 1 % jusqu’en 2021 au moins », a déclaré le nouveau président du Groupe de la Banque mondiale l'Américain David Malpass. ...

L’interview

  • « La gouvernance publique responsable est irréversible »
    Le directeur général du Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD), Stéphane Monney Mouandjo, a accordé une interview au site Alwhidainfo à l'issue de la dernière conférence des Ecoles nationales d’administration, qui s'est tenue le 6 mars 2018 à Yaoundé au Cameroun.[...]

L’Afrique à la conquête du numérique

DOCUMENTS

  • Envois records de fonds
    Selon la dernière édition de la note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le développement, les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont atteint un niveau sans précédent en 2018. L'institution multilatérale estime que les envois de fonds officiellement enregistrés vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont ainsi atteint 529 milliards de dollars en 2018, soit une progression de 9,6 % par rapport au précédent record de 2017, à 483 milliards de dollars. Les transferts d'argent vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont grimpé de 9 % en 2018, à 62 milliards de dollars — une évolution à imputer essentiellement à la progression rapide des transferts vers l’Égypte, d’environ 17 %. Cette dynamique positive devrait perdurer au-delà de 2018, mais à un rythme moins soutenu, autour de 3 % en 2019, freiné par l’essoufflement de l’activité dans la zone euro.Les envois de fonds vers l’Afrique subsaharienne ont grimpé de pratiquement 10 % en 2018, à 46 milliards de dollars, à la faveur des bonnes performances dans les pays à revenu élevé. En part du produit intérieur brut, les Comores se taillent la part du lion, devant la Gambie, le Lesotho, Cabo Verde, le Libéria, le Zimbabwe, le Sénégal, le Togo, le Ghana et le Nigéria […]