Catégorie : Afrique de l’ouest Nominations

Un nouveau général pour la MINUSMA

C'est le 2 octobre que s'est terminée la mission du général de division belge Jean-Paul Deconinck au poste de commandant de la force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Lire la suite

L’ONU change de tête au Mali

L’ONU a nommé, le 1er octobre 2018, une diplomate britannique d'expérience comme représentante spéciale adjointe à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Lire la suite

Du FMI à vice-gouverneur de la BCEAO

Le nouveau vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), qui entrera en fonction dans quelques semaines, a réalisé toute sa carrière professionnelle au sein du Fonds monétaire international. Lire la suite

Le « Monsieur propre » confirmé au Burkina

Un responsable de programme « contrôle d’Etat » de l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) accompagne le renforcement organisationnelle du gendarme de la République. Lire la suite

Le Nigeria tient son chef du renseignement

Depuis le 14 septembre, le Nigeria compte un nouveau directeur général du département des services de sécurité de l’État. Pour la deuxième fois, c'est un officier à la retraite qui est appelé par le gouvernement à ce poste. Lire la suite
Loading

La Phrase de la semaine

  • « La banque est corrompue et pourrie jusqu'à la moelle », a lâché l'avocat Terry Motau, dans un rapport, commandé par la Banque centrale sud-africaine, sur la faillite de la première banque mutualiste du pays, VBS Mutual Bank.

L’interview

L’école c’est aussi pour les filles

DOCUMENTS

  • Combattre les pertes de productivité
    La Banque mondiale a développé un nouvel indice du capital humain qui permet de mesurer les pertes de productivité économique subies par les pays qui sous-investissent dans leur population. Ce nouvel indice du capital humain « montre que 56 % des enfants nés aujourd'hui dans le monde seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l’âge adulte parce que les États ne font pas les investissements nécessaires pour produire une population éduquée, résiliente et bien portante, prête pour le monde du travail de demain », déplore la Banque mondiale.