Catégorie : Afrique centrale Nominations

Un nouveau représentant du FMI au Gabon

Un nouveau chef de mission du FMI arrive au Gabon alors que le pays est en pleine négociation depuis juin 2017 avec le FMI, dans le cadre d'un sous-programme pour un accord triennal élargi de 545,8 millions d'euros. Lire la suite

Première délégation générale du Québec en Afrique

C'est à Dakar que la province canadienne du Québec a annoncé l'ouverture de sa première délégation générale en Afrique, le plus haut niveau de représentation à l'étranger de la province. Avec Dakar, le Québec dispose désormais de huit délégations générales dans le monde. Lire la suite

Du neuf à la Banque mondiale à Brazzaville

La République du Congo compte une nouvelle représentante résidente de la Banque mondiale avec l'arrivée d'une responsable de nationalité ivoirienne, qui a officiellement pris ses fonctions le 16 juillet 2018 à Brazzaville. Lire la suite

Le nouveau Monsieur Afrique de la Banque mondiale

La Banque mondiale a officialisé le 9 juillet 2018 la nomination du successeur de Makhtar Diop au poste de vice-président pour la Région Afrique. Il devra notamment gérer des engagements supérieurs à 70 milliards de dollars sur le continent. Lire la suite

Une Ethiopienne représentante de l’ONU à l’UA

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé la nomination d'une nouvelle représentante spéciale auprès de l’Union africaine (UA) et cheffe du bureau des Nations unies auprès de l’UA. C'est la première fois qu'une femme accède à cette fonction. Lire la suite
Loading

La Phrase de la semaine

  • « La banque est corrompue et pourrie jusqu'à la moelle », a lâché l'avocat Terry Motau, dans un rapport, commandé par la Banque centrale sud-africaine, sur la faillite de la première banque mutualiste du pays, VBS Mutual Bank.

L’interview

L’école c’est aussi pour les filles

DOCUMENTS

  • Combattre les pertes de productivité
    La Banque mondiale a développé un nouvel indice du capital humain qui permet de mesurer les pertes de productivité économique subies par les pays qui sous-investissent dans leur population. Ce nouvel indice du capital humain « montre que 56 % des enfants nés aujourd'hui dans le monde seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l’âge adulte parce que les États ne font pas les investissements nécessaires pour produire une population éduquée, résiliente et bien portante, prête pour le monde du travail de demain », déplore la Banque mondiale.