Catégorie : Afrique centrale

  • Cameroun
  • République Démocratique du Congo
  • République du Congo
  • Tchad
  • Guinée Equatoriale
  • République Centrafricaine
  • Nigéria
  • rwanda
  • Gabon
  • Togo

Un Institut Chine-Afrique est né à Pékin

Un Institut Chine-Afrique a vu le jour le 9 avril à Pékin. Officiellement il doit renforcer la coopération sino-africaine. Mais ce nouvel outil de coopération veut surtout servir le projet de Route de la soie poursuivi par Pékin.

RD Congo : 100 premiers jours dispendieux

L'Observatoire de la dépense publique (Odep) dresse un bilan très sévère sur les 100 premiers jours au pouvoir du président Félix Tshisekedi. Les dépenses sans contrôle des institutions explosent, à la différence des dépenses sociales.

Finances publiques intégrées au Congo B.

La phase expérimentale de la mise en oeuvre du Système intégré de gestion des finances publiques (SIGFIP) a débuté le 18 avril dans quatre ministères pilotes. Elle s'étendra à toutes les administrations le 30 juin.

Siège de la CEMAC : Bangui or not Bangui

Bangui, Malabo ou finalement N'Djamena ? Où se situe le siège de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) ? Dans les statuts de l'institution régionale, c'est Bangui. Mais depuis la crise qui secoue la Centrafrique, le siège passe de Malabo à Bangui, alors que se prépare un nouveau retour en Guinée équatoriale.

Les douaniers avaient rendez-vous à Bangui

Coup double à Bangui. La capitale centrafricaine a abrité le 11 mars 2019 la 22e réunion du comité des experts l’Organisation mondiale des douanes pour l’Afrique occidentale et centrale (OMD-AOC) ainsi que la 24e Conférence des directeurs généraux des douanes des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Nouvelle baisse des ventes d’armes

Les ventes d'armes ont reculé l'an dernier en Afrique pour la quatrième année consécutive, selon le décompte réalisé par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) dans son rapport 2018, publié le 29 avril.

Une ville verte à 5 milliards de dollars au Rwanda

Dans sa volonté d'être un pays modèle pour l'Afrique, le Rwanda de Paul Kagamé veut désormais construire la première ville durable d'Afrique, en périphérie de Kigali. Le début des travaux sont annoncés pour janvier 2020. Son coût est estimé entre 4 à 5 milliards de dollars. Le concept devrait ensuite être décliné pour le développement de villes secondaires. Les admirateurs de cette future ville verte au Rwanda la nomment « Wakanda », en référence au film Black Panther, la cité africaine imaginaire, dans laquelle écologie et technologie font sensation.

Lobbying raté du Gabon aux Etat-unis

En 2016, le Gabon a tenté une opération de lobbying pour renforcer ses relations avec Washington. L'aventure tourne mal et se termine devant les tribunaux américains. Le cabinet d'avocats conseils réclame 1,25 million de dollars au Gabon.

La Phrase de la semaine

  • « L’Etat seul ne peut pas réussir tout, il faut une synergie entre le public, le privé, les partenaires financiers, la société civile pour lutter contre la fracture numérique », a lancé Mor Ndiaye Mbaye, directeur de cabinet du ministère de l’Economie numérique et des Télécoms du Sénégal....

L’interview

  • « La gouvernance publique responsable est irréversible »
    Le directeur général du Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD), Stéphane Monney Mouandjo, a accordé une interview au site Alwhidainfo à l'issue de la dernière conférence des Ecoles nationales d’administration, qui s'est tenue le 6 mars 2018 à Yaoundé au Cameroun.[...]

Assises de la fiscalité du Maroc

DOCUMENTS

  • Alerte à la dette
    « Dette insoutenable, surendettement, piège de la dette... Ces mots lourds de menace surgissent de nouveau dans l’actualité dix ans après la crise financière qui a ébranlé le monde en 2008-2009 », s'inquiète dans un blog Ceyla Pazarbasioglu, vice-présidente pour le pôle croissance équitable, finance et institutions (EFI), du groupe de la Banque mondiale. Au cours des cinq dernières années seulement, la dette publique des pays les plus pauvres a grimpé de 36 ) 51% du PIB, poursuit-elle. Dans certains États, le ratio du service de la dette augmente à un rythme alarmant, mettant en péril leur capacité à investir dans des infrastructures et des services qui, à l’instar de la santé et de l’éducation, font cruellement défaut et sont pourtant essentiels pour sortir les populations de la pauvreté et atteindre les Objectifs de développement durable que s’est fixés la communauté internationale à l'horizon 2030. Les vulnérabilités associées à la dette publique commencent à atteindre un niveau particulièrement grave en Afrique […]