Catégorie : Afrique centrale

  • Cameroun
  • République Démocratique du Congo
  • République du Congo
  • Tchad
  • Guinée Equatoriale
  • République Centrafricaine
  • Nigéria
  • rwanda
  • Gabon
  • Togo

Cameroun : un cadre pour les DG du public

Plusieurs décrets ont, en théorie, mis de l'ordre dans le statut et la rémunération des directeurs généraux d'entreprises et d'établissements publics. Des experts remettent en cause cette réforme et y voient la volonté de l'Etat de mettre ces entreprises sous tutelle.

Finances publiques intégrées au Congo B.

La phase expérimentale de la mise en oeuvre du Système intégré de gestion des finances publiques (SIGFIP) a débuté le 18 avril dans quatre ministères pilotes. Elle s'étendra à toutes les administrations le 30 juin.

Partenariat entre les ENA de France et du Tchad

L’École nationale de l’administration (ENA) du Tchad et son homologue française ont signé, le 1er juillet 2019, à N'Djamena, un accord de partenariat institutionnel dans le cadre du programme de formation, de perfectionnement, d’études et de recherches.

Siège de la CEMAC : Bangui or not Bangui

Bangui, Malabo ou finalement N'Djamena ? Où se situe le siège de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) ? Dans les statuts de l'institution régionale, c'est Bangui. Mais depuis la crise qui secoue la Centrafrique, le siège passe de Malabo à Bangui, alors que se prépare un nouveau retour en Guinée équatoriale.

Les douaniers avaient rendez-vous à Bangui

Coup double à Bangui. La capitale centrafricaine a abrité le 11 mars 2019 la 22e réunion du comité des experts l’Organisation mondiale des douanes pour l’Afrique occidentale et centrale (OMD-AOC) ainsi que la 24e Conférence des directeurs généraux des douanes des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Nouvelle baisse des ventes d’armes

Les ventes d'armes ont reculé l'an dernier en Afrique pour la quatrième année consécutive, selon le décompte réalisé par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) dans son rapport 2018, publié le 29 avril.

Gabon : fusion de l’Economie et des Finances

A l'issue du remaniement du 10 juin dernier, le ministère du Budget et des Comptes publics a été absorbé par celui de l’Économie. C'est un nouveau ministre qui est appelé à diriger le ministère de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales.

La Phrase de la semaine

  • « Le temps nous dira si la monnaie commune en Afrique de l’Ouest est une chimère », Carlos Lopes, haut représentant de l'Union africaine pour le partenariat avec l'Europe....

L’interview

  • « La gouvernance publique responsable est irréversible »
    Le directeur général du Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD), Stéphane Monney Mouandjo, a accordé une interview au site Alwhidainfo à l'issue de la dernière conférence des Ecoles nationales d’administration, qui s'est tenue le 6 mars 2018 à Yaoundé au Cameroun.[...]

Infrastructures et changement climatique

DOCUMENTS

  • Bons points pour l’économie ivoirienne
    L’économie ivoirienne continue de rester dynamique depuis le début de l’année avec l’une des croissances les plus rapides du continent, qui devrait atteindre 7,2 % en 2019, contre 7,4 % en 2018. C’est la conclusion de la neuvième édition du rapport sur la situation économique en Côte d’Ivoire publiée aujourd’hui par la Banque mondiale. Cette bonne performance s’explique essentiellement par le retour du dynamisme du secteur privé qui avait ralenti en 2016 et 2017 et constitue à nouveau le principal moteur de croissance du pays. « À court et moyen termes, les perspectives restent solides avec, entre autres, une inflation maîtrisée, un déficit public qui devrait se redresser et une augmentation progressive des exports », explique Jacques Morisset, chef des programmes de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire et principal auteur du rapport. « Plusieurs risques pourraient toutefois altérer ces prévisions, notamment ceux liés à la fragilité de la conjoncture internationale et des marchés financiers et, aux élections présidentielles de 2020 qui risquent d’inciter à la prudence des acteurs économiques et des consommateurs. » […]