Année : 2019

Vers un pôle numérique

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, les pays du Machreq pourraient devenir un pôle du numérique en renforçant l'écosystème de cette nouvelle économie, et acquérir ainsi une position de force pour affronter la concurrence régionale et internationale. Ils disposent pour cela de deux avantages comparatifs essentiels : un niveau d’enseignement supérieur compétitif et une jeunesse technophile, ainsi qu’une situation stratégique qui leur permet d'être au centre du commerce de services de pointe et de la connectivité. Consciente de l’importance de la transformation digitale, la Banque mondiale s’est engagée en octobre 2018 à soutenir un grand projet de “conquête numérique” qui vise à doubler l'accès au haut débit d’ici 2021 et à étendre l'accès aux paiements numériques. » Une augmentation de 10 % seulement de la pénétration du haut débit se traduirait par un gain de PIB de 1,4 %, avec à la clé une amélioration significative de la croissance économique et de l'intégration commerciale dans la région. Par ailleurs, l’expansion des réseaux d'accès jusqu’au « dernier kilomètre » est le domaine auquel les pouvoirs publics devront accorder la plus grande attention, mais aussi celui qui pourrait attirer les investissements les plus élevés — sachant que pour étendre l'accès à l’internet haut débit par fibre optique à 30 % de la population du Machreq (13 millions de ménages environ), les besoins d’investissement sont compris entre 4 et 5,2 milliards de dollars.

Lire la suite

PHRASE DE LA SEMAINE

« Les agents publics doivent impérativement se défaire de leurs mauvaises habitudes qui n’honorent pas leurs statuts de privilégiés » a déclaré Joseph Le, ministre de la Fonction publique du Cameroun, en faisant référence à l'absentéisme, au manque de ponctualité et à la corruption.

Lire la suite

Tchad : un nouveau dircab à la présidence

Un économiste succède à un autre au poste de directeur du cabinet civil de la Présidence de la République du Tchad. Nommée en mai 2018, Banata Tchale Sow, première femme tchadienne a occupé ce poste, vient d'être remplacée le 28 juin, après une année de fonction, par un ancien ministre des Finances et du Budget.

Lire la suite

Le Transgabonais change de DG

La Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) pourra-t-elle revenir sur de bons rails ? C'est en tout cas la mission de son nouveau directeur général qui aura pour défi de restaurer le réseau ferré du Gabon en très mauvais état. Et qui a coûté son poste à son prédécesseur.

Lire la suite
  • 1
  • 2

La Phrase de la semaine

  • « Le temps nous dira si la monnaie commune en Afrique de l’Ouest est une chimère », Carlos Lopes, haut représentant de l'Union africaine pour le partenariat avec l'Europe....

L’interview

  • « La gouvernance publique responsable est irréversible »
    Le directeur général du Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD), Stéphane Monney Mouandjo, a accordé une interview au site Alwhidainfo à l'issue de la dernière conférence des Ecoles nationales d’administration, qui s'est tenue le 6 mars 2018 à Yaoundé au Cameroun.[...]

Infrastructures et changement climatique

DOCUMENTS

  • Bons points pour l’économie ivoirienne
    L’économie ivoirienne continue de rester dynamique depuis le début de l’année avec l’une des croissances les plus rapides du continent, qui devrait atteindre 7,2 % en 2019, contre 7,4 % en 2018. C’est la conclusion de la neuvième édition du rapport sur la situation économique en Côte d’Ivoire publiée aujourd’hui par la Banque mondiale. Cette bonne performance s’explique essentiellement par le retour du dynamisme du secteur privé qui avait ralenti en 2016 et 2017 et constitue à nouveau le principal moteur de croissance du pays. « À court et moyen termes, les perspectives restent solides avec, entre autres, une inflation maîtrisée, un déficit public qui devrait se redresser et une augmentation progressive des exports », explique Jacques Morisset, chef des programmes de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire et principal auteur du rapport. « Plusieurs risques pourraient toutefois altérer ces prévisions, notamment ceux liés à la fragilité de la conjoncture internationale et des marchés financiers et, aux élections présidentielles de 2020 qui risquent d’inciter à la prudence des acteurs économiques et des consommateurs. » […]