Pour lutter contre Ebola en République démocratique du Congo (RDC), le Quai d’Orsay vient d’annoncer la nomination de l’immunologue Yves Lévy, ancien P-DG de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), comme envoyé spécial, « chargé d’orienter et de suivre la réponse française dans toutes ses dimensions, en particulier le renforcement de l’appui aux ONG déployées sur le terrain, les actions de développement et de soutien scientifique et de recherche, en liaison avec l’ensemble des ministères et organismes français concernés, ainsi que la poursuite de notre soutien au secteur de la santé en RDC. »

La France fait taire de cette manière les critiques qui lui reprochaient son absence d’aide à la RDC contre ce nouveau fléau. Le responsable des situations d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Mike Ryan, a ainsi déploré récemment que “l’OMS n’a reçu aucune contribution financière de la part du gouvernement” français pour juguler l’épidémie qui a déjà fait 1 668 morts.

Pour justifier l’envoi d’un expert, le Quai d’Orsay a expliqué que « l’épidémie de maladie à virus Ebola qui sévit actuellement dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) est la plus grave jamais enregistrée dans le monde, après celle de 2014 en Afrique de l’Ouest. En dépit des efforts des autorités congolaises et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la réponse à l’épidémie est aujourd’hui entravée par plusieurs facteurs dont la situation sécuritaire difficile. »

Et la situation sur place n’est guère rassurante. Depuis près d’un an, l’épidémie était circonscrite à la région de Beni-Butembo, à environ 250 kilomètres au nord de Goma à vol d’oiseau, et très marginalement dans la province voisine de l’Ituri. Mais un cas d’Ebola (le patient est décédé cette semaine) à Goma, la grande ville de l’est de la RDC, constitue “un avertissement” a alerté l’OMS.

P-DG de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de 2014 à 2018, le professeur Yves Lévy a été nommé conseiller d’Etat extraordinaire en 2018. Mari d’Agnès Buzyn, l’actuelle ministre de la Santé d’Emmanuelle, Yves Lévy exercera cette mission à titre bénévole précise le Quai d’Orsay.