Nezha El Ouafi.

La présidence du Réseau des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’environnement pour l’Afrique (AFWMLE) vient d’être confié à une Marocaine. C’est en effet la secrétaire d’État du Maroc, chargée du Développement durable, Nezha El Ouafi qui prend la tête de l’AFWMLE, qui fait partie du Réseau mondial des femmes ministres et hauts fonctionnaires de l’environnement (NWMLE). Le réseau de l’AFWMLE est hébergé par le bureau régional du programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) en Afrique, à Nairobi, et il a été lancé officiellement en 2015, à l’occasion de la 15e session de la conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) en Egypte.

L’AFWMLE se veut « un outil pour garantir une prise de décision équilibrée en matière d’intégration de l’aspect genre dans le processus de mise en œuvre des politiques de l’environnement et du développement durable au niveau local, régional et global pour faire face aux défis environnementaux émergents notamment ceux liés aux effets pervers du Changement climatique. »

De son côté, Nezha El Ouafi est également la présidente du Forum régional africain pour le développement durable (FRADD), depuis son élection le 17 avril 2019. La Marocaine a occupé plusieurs fonctions, dont celle d’enseignante en sciences sociales à l’université d’Alessandria et de Vérone (Italie), de 2005 à 2007, mais aussi cheffe du projet européen « Droits au mouvement des immigrés en Italie » à Turin (Italie) et cheffe du projet de recherche « La Moudawana, le nouveau Code de la famille marocaine », à l’Institut Euro-méditerranéen Paralleli et l’association Alma Terra, à Turin. Nezha El Ouafi est membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe entre 2011 et 2016 et présidente du Forum des compétences marocaines à l’étranger. Dans son pays, elle est membre de la chambre des Représentants depuis 2007 et elle est actuellement élue vice-présidente de la chambre des Représentants pour la législature 2016-2021.

Nezha El Ouafi est titulaire d’une licence en langue et littérature arabe de l’université Cadi Ayyad (Marrakech) en 1996 et d’un master en sociologie spécialisée de l’université Sorbonne Nouvelle (Paris) en 2002. Elle est également titulaire d’un doctorat en sociologie de l’université Mohammed V en 2017 (Rabat).