Un Béninois succède à un autre Béninois à la tête du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), sorte de laboratoire d’idées et de propositions à l’usage d’Emmanuel Macron. Cet outil composé de six membres doit jouer un rôle dans la préparation de deux grandes échéances à venir en France en 2020, à savoir le sommet Afrique-France, qui se tiendra en juin prochain à Paris et à Bordeaux, et la saison des cultures africaines « Africa 2020 », qui se tiendra de juin à décembre de l’année prochaine dans tout l’hexagone.

Nommé ambassadeur de France en Ouganda, le Franco-Béninois Jules-Armand Aniambossou cède son rôle de coordonnateur du CPA à son compatriote Wilfrid Lauriano do Rego (photo), 59 ans. Expert dans les domaines de l’énergie (industrie pétrolière et gazière, énergies renouvelables, électricité et gaz, utilities), des télécommunications et des infrastructures (stockage, transport, actifs régulés…), Wilfrid Lauriano do Rego est membre du conseil de surveillance de KPMG France. Titulaire d’un master audit et contrôle de l’ESCP Paris, il a rejoint KPMG après 10 ans d’audit comptable et financier. Selon le site du cabinet d’audit, Wilfrid Lauriano do Rego « est spécialisé dans les missions de due diligence, conseillant les corporates comme les fonds d’investissement, dans le cadre des opérations d’acquisitions, cessions et privatisations lui ayant permis d’acquérir une grande expertise et connaissance des transactions complexes, en particulier dans le secteur de l’énergie et des ressources naturelles, ainsi que des télécommunications. »

Outre le nouveau coordonnateur, le CPA accueille également cinq nouveaux membres : Aché Coelo, sociologue et réalisatrice franco-tchadienne de 33 ans ; Mbaye Diallo, professeur des universités sénégalais de 38 ans ; Patrick Fandio, journaliste d’origine camerounaise de 44 ans, Florelle Manda, journaliste d’origine congolaise et sénégalaise de 39 ans, et Bourry Ndao, entrepreneuse sénégalaise de 41 ans.