La Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) pourra-t-elle revenir sur de bons rails ? C’est en tout cas la mission de son nouveau directeur général

[restrict]

Christian Magni (photo), qui aura pour défi de restaurer le réseau ferré du Gabon en très mauvais état. D’ailleurs, le nouveau DG succède au Belge Patrick Claes, démissionnaire après une série de déraillements.

Long de 650 kilomètres, le Transgabonais est l’unique voie ferrée du pays. En mai dernier, la collision de deux trains a coûté la vie à trois personnes. Et quelques semaines plus tard, c’est un train minéralier, chargé de manganèse, qui déraillait. En théorie, le Programme de remise à niveau (PRN) des infrastructures ferroviaires, financé par l’Etat gabonais et la Setrag à hauteur de de 207 milliards de F CFA (315 millions d’euros), doit restaurer le réseau.

Christian Magni connaît bien la maison. Depuis janvier 2019, il en était le directeur général adjoint en charge des directions opérationnelles.

Ingénieur en mécanique, Christian Magni est entré à la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) en 1999. Il quittera ce groupe pour rejoindre la Setrag lorsque la Comilog a externalisé la maintenance de sa voie ferrée, dont il avait la charge, auprès de la Setrag en 2015.

[/restrict]