La Banque mondiale a fait appel à un ancien ministre de la Santé africain pour occuper le poste de directeur mondial pour la Santé, la Nutrition et la Population (HNP).

Il s’agit en l’occurrence de Muhammad Ali Pate, 51 ans, ancien ministre de la Santé du Nigéria. Sa nomination au gouvernement en juillet 2011 avait fait suite à son succès en tant que directeur exécutif de l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires (NPHCDA), à Abuja, au Nigeria.

Au même moment, le nouveau directeur mondial pour la Santé, la Nutrition et la Population (HNP) de la Banque mondiale s’est également vu proposer un poste à l’Ecole supérieure de santé publique de l’université de Harvard (Harvard T. H. chan school of public health).

Ces deux nominations prendront effet au 1er juillet 2019. La Banque mondiale a précisé que Muhammad Ali Pate a été choisi à l’issue d’une procédure concurrentielle de recrutement de cadres de direction à l’échelle de la Banque. Le Nigérian a en effet déjà travaillé pour la Banque mondiale, qu’il avait rejoint en 2000 pour travailler sur des questions de santé telles le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme dans plusieurs régions du globe dont l’Afrique, l’Asie de l’Est et le Pacifique. Il y a ainsi été coordonnateur du secteur du développement humain pour l’Asie de l’Est et du Pacifique et spécialiste principal de la santé pour l’Afrique.

Jusqu’à récemment, Muhammad Ali Pate occupait le poste de directeur général de Big win philanthropy, une organisation britannique qui investit en faveur des enfants et des jeunes adultes des pays en développement, avec l’objectif d’améliorer leur niveau de vie et de maximiser les dividendes démographiques pour favoriser la croissance économique.

La Banque mondiale a également retenu dans son parcours sa gestion de la NPHCDA. Sous sa direction, la couverture vaccinale dans le Nord du Nigeria a considérablement avancé. En l’espace de deux ans, l’incidence du virus de la polio sauvage (PVS) a ainsi chuté spectaculairement, passant de 803 à 11 cas dans le pays. Muhammad Ali Pate a également conduit la réforme visant à augmenter le nombre de sages-femmes qualifiées et à améliorer la prestation des services, contribuant ainsi à réduire un taux élevé de mortalité et de morbidité maternelle et infantile.

Par ailleurs, Muhammad Ali Pate ne serait pas un carriériste à tout crin. En 2013, il a en effet démissionné de son poste de ministre d’Etat à la Santé pour rejoindre l’Institut de santé mondiale de l’université Duke en tant que professeur invité où il a assuré des enseignements portant sur les systèmes de santé comparés à des étudiants de troisième cycle.

Muhammad Ali Pate a étudié à l’université Ahmadu Bello, au Nigéria. Il est titulaire d’une maîtrise en gestion des systèmes de santé de la London school of hygiene and tropic medicine et d’une maîtrise en administration des affaires avec certificat de gestion du secteur de la santé délivrée par l’université Duke.

Dans ses nouvelles fonctions au sein de la Banque mondiale, le Nigérian gérera et développera la vision et l’orientation stratégique pour la Santé, la Nutrition et la Population (HNP) ainsi que la Facilité de financement mondiale (GFF). Créée en 2015, la GFF a pour objectif de mettre fin aux décès évitables de mères, de nouveau-nés, d’enfants et d’adolescents, et d’améliorer la santé et la qualité de vie des femmes, des enfants et des adolescents.