Les ventes d’armes ont reculé l’an dernier en Afrique pour la quatrième année consécutive, selon le décompte réalisé par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) dans son rapport 2018, publié le 29 avril.

L’an passé, les dépenses militaires des pays africains ont ainsi atteint 40,6 milliards de dollars (36,2 milliards d’euros) en 2018 – 2,2% des dépenses militaires mondiales-, en baisse de 8,4% par rapport à 2017. Selon le SIPRI, il s’agit de la plus forte baisse annuelle depuis 2014, considérée comme l’année record dans les dépenses militaires sur le continent.

L’Angola et le Soudan ont vu leurs dépenses d’armes chuter

Toutefois, d’après le centre de recherche suédois, ce recul des ventes d’armes ne doit rien à une avancée particulière de la paix en Afrique. Il repose surtout sur l’effet d’une conjoncture économique morose, accompagnée de la volonté des Etats de réduire les dépenses publiques. Et les dépenses militaires n’échappent pas à cette tendance.

A l’image de deux gros importateurs traditionnels d’armes, l’Angola et le Soudan, qui ont vu leurs dépenses chuter respectivement de 18% et 49% l’an passé. Les dépenses militaires de l’Angola ont ainsi baissé pour la quatrième année consécutive en 2018 pour atteindre 2 milliards de dollars, en raison notamment de la baisse des prix du pétrole depuis mi-2014. Le Soudan a, quant à lui, souffert d’une crise économique.

A l’inverse, l’Algérie arrive en tête du classement des pays les plus dépensiers à l’échelle continentale. Le pays a importé pour 9,6 milliards de dollars d’armes en 2018, ce qui représente toutefois une baisse de ses achats de 6,1% par rapport 2017. Les dépenses militaires algériennes sont ainsi passées de la 22e à la 25e place mondiale.

Le Nigeria et  le Burkina Faso, pays les plus dépensiers

Autres pays plus dépensiers : ceux qui font face à des conflits armés. Deuxième plus gros pays importateur d’armes en Afrique subsaharienne derrière l’Afrique du Sud, le Nigeria a augmenté de 18% ses dépenses militaires pour faire face à la secte islamiste Boko Haram, une première depuis six ans, qui atteignent 2 milliards de dollars en 2018.

De son côté, le Burkina Faso, confronté lui aussi à des attaques terroristes, est le pays qui a vu sa facture d’achat d’armes augmenter le plus au monde en 2018 ! Les dépenses du pays ont ainsi augmenté de 52% par rapport à 2017 pour s’élever à 312 millions de dollars.

Et avec 420 millions de dollars de dépenses en 2018, en hausse de 19% par rapport à 2017, le Zimbabwe arrive à la 9e place mondiale et à la seconde en Afrique en termes de hausse des dépenses !

Au total, les dépenses dans l’achat d’armes des pays d’Afrique du Nord se sont chiffrées à 22,2 milliards de dollars en 2018. Ce qui représente une baisse de 5,5% par rapport à 2017. Et en Afrique subsaharienne, les dépenses militaires se sont élevées à 18,4 milliards de dollars en 2018, en baisse de 11% par rapport à 2017 et de 21% comparativement à 2009.

Selon le Sipri, les dépenses militaires mondiales ont augmenté dans le monde pour la deuxième année de suite, pour atteindre 1 822 milliards de dollars en 2018, soit une augmentation de 2,6 % par rapport à 2017. Les Etats-Unis, la Chine, l’Arabie saoudite, l’Inde et la France, concentrent à eux seuls environ 60 % des dépenses militaires mondiales.