Autour de 70 experts français et belges de la fonction publique sont dépêchés en Tunisie. Ils dispenseront près de 600 jours de conseils et de recommandations pour accompagner leurs collègues tunisiens via des programmes de formation, des séminaires et des ateliers de travail, dans le but de soutenir la stratégie des autorités de modernisation de l’administration tunisienne élaborée depuis 2017, a indiqué un communiqué de l’Union Européenne. Et tandis que les partenaires français et belges accueilleront à leur tour leurs homologues tunisiens au sein de leurs administrations et dans d’autres institutions de la fonction publique en France et en Belgique.

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un jumelage, lancé le 8 mars 2019 entre le Comité général de la fonction publique (CGFP) et ses homologues en France et en Belgique, rapporte l’agence de presse tunisienne TAP.

Financé par l’Union Européenne à hauteur de 1.5 millions d’euros (5,12 millions de dinars) pour une durée de 3 ans, ce projet s’articulera autour de quatre axes

[restrict]

précise le communiqué de l’UE :
– Renforcer les capacités institutionnelles des services en charge de la gestion des ressources humaines (GRH), pour un meilleur pilotage de la réforme,
– Faciliter la mise en place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) pour tirer le meilleur parti des agents et inscrire leur parcours professionnel dans une perspective de progression,
– Accroître la mobilité des fonctionnaires pour une fonction publique plus proche des citoyens et en phase avec les réalités du terrain,
– Mieux gérer la masse salariale et développer un système d’information décisionnel des ressources humaines (RH) dans la fonction publique pour optimiser les moyens humains dont dispose l’Etat.

Présent à la conférence de lancement du jumelage, le ministre de la Fonction publique, de la Modernisation de l’administration et des Politiques publiques, Kamel Morjane s’est félicité du lancement de cet accord qui, a-t-il précisé, “ne manquera pas de contribuer à conférer un nouvel élan à la fonction publique en Tunisie qui compte près de 670 000 fonctionnaires.”

[/restrict]