Depuis la nomination, en décembre 2017, de Mariam Camara comme ministre de l’Agriculture, la Société guinéenne de palmier à huile et hévéa (Soguipah) était sans dirigeant à sa tête. Le vide est enfin comblé. Le chef de l’Etat a nommé Michel Bémy au poste de directeur général de l’entreprise publique. Ce dernier était jusque là le directeur national adjoint des impôts, fidèle du chef de l’Etat.

Originaire de la zone d’implantation et d’exploitation de la Soguipah, le proche du chef de l’Etat quittera donc la capitale pour s’installer à Diécké dans le but de relancer le fleuron public plutôt mal en point.

C’est aussi une page qui se tourne. Mariam Camara était à la tête de la Soguipah depuis sa création. il y a une trentnaine années. La ministre de l’Agriculture incarnait tellement les bons et les mauvais côtés de l’entreprise publique qu’elle avait été surnommée Mariam Soguipah Camara ou Madame Soguipah !

En juillet 2018, le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné Mariama Camara à 20 mois de prison avec sursis, 12 000 euros et à la confiscation de 300 000 euros. Les faits jugés en Belgique remontent au début des années 2000 quand Mariama Camara dirigeait la Soguipah. La directrice générale percevait 6% du prix d’achat du caoutchouc, transférés sur son compte via la société-écran West african trading (WAT), basée à Guernesey et détentrice des contrats de commercialisation des plantations de la Soguipah.