Grande première aux Nations unies et en Afrique. Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé le 22 janvier la nomination du Chinois Juang Xia, au poste d’envoyé spécial pour la région des Grands Lacs. Il succède à l’Algérien Said Djinnit.

C’est « le premier envoyé spécial Chinois », s’est félicitée une source diplomatique chinoise auprès de l’AFP. Cette nomination illustre la volonté de Pékin de monter en influence au sein de l’institution onusienne et d’obtenir un retour sur investissement de son implication. La Chine a remplacé récemment le Japon comme deuxième contributeur financier à l’ONU après les Etats-Unis. La Chine assure 12 % du budget de fonctionnement de l’ONU et 15 % de celui des opérations de paix. Avec 2 500 Casques bleus chinois déployés notamment au Mali, en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud ou au Liban, Pékin est également un important contributeur aux missions de paix onusiennes.

Selon RFI, la Chine viserait désormais la tête du département des opérations de maintien de la paix (DOMP), dirigé par la France depuis 20 ans et occupé actuellement par Jean-Pierre Lacroix.

Jusqu’à cette nomination, Juang Xia était ambassadeur itinérant au ministère chinois des Affaires étrangères. Le nouvel envoyé spécial pour la région des Grands Lacs cumule une expérience de diplomate de plus de 30 ans, notamment en Afrique. Il a ainsi été ambassadeur de la Chine au Niger (2009 à 2012), au Sénégal (2012 à 2015) et en République du Congo (2015 à 2018).

Juang Xia a débuté sa carrière dans les ambassades de Chine au Gabon et en France, après avoir été maire adjoint de Jiamusi, dans la province du Hélongjiang.