Mahamat Abba Ali Salah, le gouverneur devenu ministre.

A la suite du remaniement ministériel du 9 novembre 2018 au Tchad, Ahmat Mahamat Bachir, un fidèle du président Idriss Déby Itno, dont il a été le directeur de cabinet, échange son fauteuil de ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale pour celui de ministre des Mines et du Commerce.

Son successeur est un autre fidèle du président et qui en est aussi le beau-frère, Mahamat Abba Ali Salah. Jusque là gouverneur de la région du Lac, Mahamat Abba Ali Salah est, autre atout pour lui, originaire du Tibesti. C’est en grande partie au nouveau ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale qu’il revient la délicate mission d’apaiser la situation délétère qui règne au Tibesti et qui empoisonne le quotidien du gouvernement tchadien.

En effet, depuis la fin du mois d’août, l’armée tchadienne est à pied d’oeuvre dans le nord du pays. Elle a opéré plusieurs offensives près de la frontière libyenne, dans le Tibesti, pour « nettoyer » la zone des orpailleurs illégaux et lutter contre les incursions de groupes rebelles tchadiens basés en Libye.

Visiblement sans états d’âme, Mahamat Abba Ali Salah s’est fait remarqué en juillet dernier pour avoir maintenu en détention pendant deux mois cinq citoyens tchadiens cités dans une affaire de conflit foncier qui avaient pourtant été relaxés par la chambre d’accusation pour infraction non constituée. Son attitude avait été dénoncée par la Convention tchadienne pour la défense des droits de l’homme (CTDDH).

Dans les années 2010, Mahamat Abba Ali Salah a également été ministre de la Fonction publique et du Travail.