Hacena ould Ely.

Un commis de l’Etat, spécialiste des missions difficiles pour le compte du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a été nommé administrateur directeur-général de la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie, la SNIM. L’entreprise publique est détenue à 74% par l’Etat. Avec 6000 salariés, c’est le premier employeur public du pays derrière la fonction publique. Toutefois, la SNIM est dans une situation délicate depuis la chute du prix du fer. Si elle exporte 12 millions de tonnes de minerai de fer par an, l’entreprise publique cumulerait en effet une dette de plus de 6 milliards d’euros.

Sans véritable stratégie industrielle, la SNIM sert davantage de source de financement par le gouvernement pour des projets qui n’ont strictement rien à voir avec l’industrie du fer. La SNIM a été contrainte d’intervenir sur les ordres du pouvoir pour sauver des entreprises de la faillite (Nejah, Ghadda, etc), financer la construction de l’Aéroport International de Nouakchott ou d’un hôtel cinq étoiles près de l’ancien Palais de congrès à Nouakchott, d’un usine de fabrication de poteaux électriques, l’achat d’appareils pour Mauritanian Airlines, le financement du sommet de l’Union Africaine en juillet 2018 à Nouakchott, etc.

Jusqu’à sa nomination à la tête de la SNIM, Hacena ould Ely dirigeait le Port autonome de Nouakchott depuis janvier 2016. Par le passé, cet économiste de formation a été ministre de la Pêche et de l’Economie maritime. Entre 2015 et 2016, il a aussi été appelé pour redresser la Société mauritanienne de gaz (Somagaz). Il a aussi piloté la compagnie nationale Mauritania Airlines, depuis sa création en 2010 et jusqu’en 2015.