Au Maroc, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) du ministère de l’Economie et des Finances s’invite dans le débat sur le modèle de développement en place dans le royaume à travers une étude sur le thème « La question des inégalités sociales : Clés de compréhension, enjeux et réponses de politiques publiques », qui l’a conduit à analyser 139 programmes comme ceux consacrés à l’éducation, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’emploi, etc…

Résultat : les inégalités sociales se creusent au Maroc et même s’aggravent. En plus des inégalités de revenus, l’accès aux services de base demeure une source de préoccupation majeure, notamment dans le domaine de l’éducation et de la santé. Le rapport souligne ainsi « le caractère peu inclusif du modèle de développement jusque-là poursuivi. »

Le rapport s’est intéressé aux pays voisins et note que l’Afrique subsaharienne demeure aussi affectée par une résistance à la baisse des inégalités.

Pour inverser la tendance au Maroc, la Direction des études et des prévisions financières préconise « des actions vigoureuses en faveur du processus de transformation structurelle de l’économie marocaine, en valorisant les secteurs porteurs et créateurs d’emplois de qualité en accélérant la modernisation compétitive des PME-PMI pour libérer pleinement leur potentiel. » « Non moins important, le renforcement de l’intégration du Maroc dans les chaînes de valeurs régionales et internationales par le biais d’une politique intégrée de compétitivité-attractivité. »