Le risque de change reste toujours d’actualité sur le continent africain détaille le dernier rapport de la Coface (Risque de change en Afrique: accalmie en 2018, mais les réserves ont fondu) : en témoigne la dépréciation de plus de 30% du kwanza angolais depuis la libéralisation partielle du régime de change en janvier 2018. Le choc de la baisse des cours des matières premières, et plus particulièrement de ceux du pétrole à partir de l’été 2014 a déstabilisé de nombreux pays d’Afrique. Depuis 2013, la plupart des devises africaines ont ainsi perdu plus de 20 % de leur valeur. Pour les entreprises, ces dépréciations se sont notamment traduites par une accélération de la hausse des prix des produits importés et une augmentation du fardeau de leur dette libellée en devise.