L’Ecole des Mines de Moanda.

C’est en présence du président de la République du Gabon que les 27 étudiants de la première promotion de l’Ecole des mines et de la métallurgie de Moanda (E3MG), composée de 26 Gabonais et un Congolais, ont reçu leur diplôme.

A la suite d’une formation de 12 mois pour les étudiants du niveau de la licence professionnelle et de 18 mois pour le cycle d’ingénieur, cette première promotion, qui porte le nom de Jacques Libizangomo Joumas, le premier ingénieur minier gabonais, compte huit ingénieurs de spécialisation, dix licenciés en mines et métallurgie et neuf licenciés en prospection minière.

« Cette école d’application par excellence, unique en Afrique centrale, est une contribution importante au plan stratégique Gabon émergent. Elle permet de répondre aux besoins du Gabon en ressources humaines à travers des formations de pointe dans les domaines de la mine et la métallurgie », insiste le communiqué officiel qui a annoncé la cérémonie de remise des diplômes.

Un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et la société minière Eramet

Si la pose de la première pierre de l’E3MG date d’octobre 2012, l’école n’a été inaugurée que le 6 mai 2016, pour un investissement de 12 milliards de F CFA, né d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et la société minière Eramet, à travers sa filiale locale la Comilog (Compagnie minière de l’Ogooué). Pour 2018, l’E3MG dispose d’un budget de 915 millions de F CFA. Et la gouvernance de l’école est assurée par un conseil d’administration de dix membres, répartis à parité entre l’État et le groupe Eramet.

L’Ecole est basée dans la province du Haut-Ogooué, au Sud-Est du Gabon. Pour réaliser ce projet, l’Etat a libéré un terrain de 40 hectares viabilisé et autorisé tous les achats en franchise de TVA et de droits de douane pour faire sortir de terre l’E3GM, tandis que Eramet-Comilog a assuré la maîtrise d’ouvrage pour la construction des bâtiments administratifs et les salles de cours.

Une proximité payante. Treize diplômés du cycle licence professionnelle ont signé un contrat avec la Comilog, tandis que deux ingénieurs sont en contrat d’apprentissage jeunesse (CAJ) dans la même entreprise. « Les formations sont très opérationnelles avec un contenu pédagogique élaboré par des universitaires français et gabonais. La proximité de l’Ecole avec la Comilog a offert des facilités dans les mises en situations pratiques des apprenants », a souligné le directeur général de l’E3MG, Etienne Mvoula.

Acquérir une dimension régionale

Ce qui n’empêche pas d’autres entreprises du secteur, comme Nouvelle Gabon mining, Managem ou la Société équatoriale des mines d’accompagner des étudiants durant formation en vue d’en recruter dans les futures promotions.

Mais l’E3MG cherche aussi à acquérir une dimension régionale. C’est ainsi que fin mars, le secrétaire d’État aux Mines et Hydrocarbures de Guinée équatoriale, Santiago Mba Eneme, a effectué une visite de l’École des mines et de la métallurgie de Moanda. « C’est une excellente école. Elle peut contribuer au renforcement de la coopération Sud-Sud au niveau des pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac, ndlr) », soulignera à cette occasion Santiago Mba Eneme.