Un coup de vent a chamboulé la diplomatie marocaine le 21 avril, avec le remplacement et la nomination de douze nouveaux ambassadeurs. Un coup de vent plutôt ferme puisqu’à cette occasion, le royaume a nommé Bou Ghaleb El Attar ambassadeur à Cuba, rétablissant ainsi des relations diplomatiques avec la république de Cuba qui étaient gelées depuis 37 ans.

Pour renouer avec Cuba, le Maroc a fait appel à un ambassadeur chevronné de 69 ans, imprégné de culture hispanophone, bon connaisseur de l’Amérique latine et au profil plutôt atypique. Bou Ghaleb El Attar était jusque là conseiller aux Affaires étrangères à l’ambassade du Maroc en Espagne. Il est à la fois professeur d’espagnol, écrivain, journaliste et ancien député. Bou Ghaleb El Attar est l’auteur de plusieurs ouvrages et traductions sur les relations maroco-espagnoles. Il est membre de la Commission de contact du Comité Averroes et secrétaire général de l’Association des journalistes en langue espagnole. Le nouvel ambassadeur à Cuba est aussi le fondateur du Club des amis du Maroc en Espagne, qui réunit plus de 400 hauts responsables. Et il est membre de plusieurs associations et organisations professionnelles dont l’Union des écrivains du Maroc et le Syndicat national de la presse.

La première femme ambassadrice du Maroc en Espagne

Karima Benyaich, la première femme ambassadrice du Maroc en Espagne.

Autre particularité de cette vague de nominations, celle de Karima Benyaich, la première femme ambassadrice du Maroc en Espagne, l’une des plus importantes en Europe après Paris et Bruxelles. Karima Benyaich succède à ce poste à son frère Fadel, qui l’occupait depuis 2014. Elle dirigeait depuis 2009 la représentation diplomatique marocaine au Portugal. Diplômée en économie, Karima Benyaich a fait l’essentiel de sa carrière au ministère des Affaires étrangères où elle a été chargée d’études au cabinet du ministre, directrice par intérim des études et de la coordination sectorielle, directrice de la coopération culturelle, avant d’être nommée à Lisbonne.

Karima Benyaich a fait des études supérieures à l’université de Montréal où elle a obtenu un master en sciences économiques, option finance et commerce international.

Autre nomination d’importance, celle de Mohamed Arrouchi, jusque-là consul du Maroc à Strasbourg, il est nommé représentant permanent du Maroc auprès de l’Union africaine. Agé de 55 ans, ce Tangérois est un diplomate de carrière. Il a rejoint le ministère des Affaires étrangères en 1988. Mohamed Aarouchi a été notamment conseiller politique à la mission permanente du Maroc auprès des Nations unies à New York. Il a suivi aussi, à Washington cette fois, les travaux du Comité des Affaires étrangères du Congrès américain et la politique américaine au Moyen-Orient.

Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies

Parmi les autres nominations, Mustapha Mansouri, ancien président du Parlement, a été désigné ambassadeur en Arabie saoudite, tandis que Aziz Mekouar, négociateur en chef du Maroc lors de la COP 22, ancien ambassadeur à Washington et à Lisbonne, part diriger l’ambassade en République populaire de Chine.

Hamid Chabar est nommé ambassadeur en Mauritanie, Faouz El Achabi quitte la Roumanie pour devenir ambassadrice en Ukraine. Ancienne cheffe de la division des privilèges et immunités diplomatiques au sein de la direction du Protocole du ministère des Affaires étrangères, Souriya Othmani a été désignée ambassadrice au Canada. Othman Bahnini prend l’ambassade du Portugal, Hanane El Saadi celle de le République Tchèque et Mohamed Farahat part au Ghana. Ce dernier occupait le poste de chef de mission adjoint au sein de la représentation marocaine à Paris. Et Omar Zniber a été nommé représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies à Genève. Ancien directeur de la direction des Nations Unies au ministère des Affaires étrangères, il dirigeait jusque-là la représentation marocaine à Berlin.