En août 2017, le président Uhuru Kenyatta et son vice-président William Ruto exhibent les résultats de l’élection présidentielle qui sera finalement invalidée par la Cour suprême en septembre.

Afrique du sud, Kenya, Nigeria, Maurice, … Au cœur d’une tourmente mondiale qui fait vaciller le géant Facebook, la société britannique Cambridge Analytica n’aurait pas seulement manipulé les réseaux sociaux pour favoriser l’élection de Donald Trump ou la victoire du Brexit au Royaume-Uni.

Si la société est accusée d’avoir récupéré illégalement les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook pour aider à l’élection de Donald Trump en 2016, Cambridge Analytica, et sa maison mère SCL Group, auraient influé

Si vous êtes abonné à la Newsletter Defacto, connectez-vous avec vos identifiants pour lire la suite de ce contenu :

Sinon, Vous pouvez vous abonner ou demander un abonnement d'essai gratuit ci-dessous :

Enregistrement nouveau compte

Choisissez votre niveau d’abonnement