Les autorités du Cameroun ont donné naissance à une cinquième région militaire (RMIA5) le 22 février dernier. Censée répondre aux soubresauts qui agitent la partie anglophone du pays, elle couvre l’Ouest et le Nord-Ouest du Cameroun. La 5e région militaire aura pour base Bamenda, la capitale de la région du Nord-Ouest. Cette zone était partie intégrante, jusque là, de la 2e RMIA, basée à Douala, et scindée en deux pour l’occasion. Et si c’est à Bamenda que le Cameroun a célébré le cinquantenaire de son armée en 2010, la ville est devenue depuis l’épicentre de la crise anglophone dans l’ouest du Cameroun, avec plusieurs civils et militaires tués fin 2017. Des tensions qui persistent puisqu’un officier militaire a été abattu à Bamenda le 8 février dernier.

Le général de brigade Robinson Agha.

Pour commander la 5e région militaire, Paul Biya a fait appel à un homme qui connaît bien le terrain, le général de brigade Agha Robinson Ndong. Originaire du Nord-ouest, il a également été le commandant du 22e Bataillon d’infanterie motorisé (BRIM) de Bamenda. Diplômé de l’Ecole militaire interarmées (EMIA) du Cameroun en 1984, Agha Robinson Ndong est un spécialiste du renseignement militaire. Il a par exemple dirigé les opérations et les services de renseignement au 31e bataillon de Kousseri, dans la région du Grand nord, et il a été chargé des opérations en tant que chef d’état-major au 21e bataillon de Buea. Avant d’être élevé au grade de général de brigade le 29 juin 2017, Agha Robinson Ndong était commandant du 22e Bataillon d’infanterie motorisé (BRIM). Et à l’international, il a participé à la Mission de maintien de la paix de l’ONU au Cambodge en 1994.

 

 

Le général de brigade Jules-César Essoh.

En parallèle à la création de la 5e RMIA, un autre décret, daté du 21 février 2018, a crée une 5e Région de Gendarmerie (RG 5) couvrant également l’Ouest et le Nord-ouest. Son siège est aussi instauré à Bamenda. En revanche, c’est le général de brigade Jules-César Essoh, 57 ans, qui en prend le commandement. Jusqu’à cette nomination, ce dernier était le directeur général de l’Ecole internationale des forces de sécurité (EIFORCES) basée à Awaé, dans la région du Centre. Originaire de Nkongsamba (Littoral), Jules-César Essoh a également été promu général de brigade le 29 juin 2017.

Avant cette nomination, il était le commandant de la région de gendarmerie N°3 (Com RG3), qui se trouve à Garoua. Par un premier décret du président de la République, Jules-César Essoh a été fait général de brigade comme cinq de ses collègues de la gendarmerie nationale.

Né en 1961, Jules-César Essoh s’est engagé en 1983 pour être affecté comme instructeur au commandement des écoles et centres d’instruction de la gendarmerie nationale (CECIG). Il devient par la suite directeur de l’emploi et des structures dans les services centraux du secrétariat d’Etat à la Défense, commandant de légion dans le Nord-Ouest puis dans le Littoral. Avant d’être promu commandant de la Région de gendarmerie N°3 puis de devenir directeur général de l’Ecole internationale des forces de sécurité (EIFORCES).