Plusieurs nominations ont été annoncées au Gabon, le 25 août dernier, à l’issue du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement d’Emmanuel Issoze Ngondet. Une arrivée à la présidence à particulièrement suscité de commentaires, avec la nomination de Brice Laccruche Alihanga, comme directeur de cabinet du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Il remplace à ce poste Martin Boguikouma, qui avait été nommé en octobre dernier, au lendemain de l’élection présidentielle du mois d’août 2016.

Pour de nombreux observateurs, cette nomination récompense un fervent défenseur d’Ali Bongo. Fondateur de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV), Brice Laccruche Alihanga a en effet été un soutien inconditionnel du chef de l’Etat lors des dernières élections présidentielles.

A 37 ans, le nouveau dircab du président de la République possède un carnet d’adresses étoffé dans les milieux économiques et politique. Par le passé, Brice Laccruche Alihanga a siégé, par exemple, à la table de nombreux conseils d’administration d’entreprises actives gabonaises, comme le groupe Ogar, la Société gabonaise d’entreposage des produits Pétroliers, Assinco…

Il a également été successivement senior manager et commissaire aux comptes au sein du cabinet PricewaterhouseCoopers, administrateur-directeur général de BGFIBank Gabon et directeur central de la Banque gabonaise de développement (BGD). Et depuis avril 2016, il était administrateur directeur général à la Compagnie nationale de navigation intérieure et internationale (CNNII). Il ne mènera donc pas en direct la restructuration de l’entreprise qu’il avait proposé à travers le plan stratégique de développement «Horizon 2020 ».
Auteur de plusieurs ouvrages, Brice Laccruche Alihanga a écrit, un livre publié en juillet 2016 et intitulé «L’Or jeune : plaidoyer pour la jeunesse gabonaise ».